Accueil > Notre rencontre (...) > Tradition Terre (...)

Tradition Terre Battue, une entreprise locale en quête de longévité

Tradition Terre Battue, une entreprise locale en quête de longévité

Basée au Cannet, l’entreprise Tradition Terre Battue créée par Frédéric Lanvin et Sylvain Vauvert fêtera ses 10 ans en septembre 2014.

A la tête d’une petite équipe, ces amoureux du tennis valorisent la tradition des procédés et des matériaux. Une qualité qui a séduit Monaco pour ses Monte Carlo Rolex Masters : « nous réalisons le court central à Monaco depuis 9 ans », explique Frédéric Lanvin. Un bouche à oreille qualitatif s’est instauré et a permis à Tradition Terre Battue de décrocher les Masters de Madrid depuis 2 ans.

Localement, l’entreprise est au quotidien en concurrence directe avec des grands groupes nationaux pour répondre à des appels d’offres de Communes. C’est là où les difficultés se font ressentir. « Nous avons souffert pour la première année en 2013 : on a perdu des appels d’offres contre des sociétés qui arrivent à proposer des prix bas et
qui sont multi-activités. Malheureusement, ce n’est pas sur les tournois comme Monaco, Madrid, Nice ou encore Cagnes sur Mer que l’on gagne notre vie : c’est principalement avec les municipalités (fabrication, réfection et entretien) », poursuit Frédéric Lanvin.

Tout l’enjeu est de se démarquer pour apporter une valeur ajoutée en alliant tradition et innovation. C’est pourquoi les deux fondateurs de Tradition Terre Battue misent sur la notoriété de leur entreprise pour proposer des procédés innovants qui ont déjà fait leurs preuves. « Nous avons signé il y a peu un contrat avec un partenaire italien pour une nouvelle terre battue révolutionnaire (Système RED +) : elle demande très peu d’entretien, on peut jouer dessus toute l’année, qu’il gèle, qu’il neige, qu’il vente, qu’il pleuve. On a signé en exclusivité en France pour 8 ans, on est en train d’essayer de la développer. Ce peut être une réponse pour les Communes qui ne font pas de terre battue car cela revient trop cher en entretien. Là on élimine l’entretien. On va s’attaquer au chantier de la réfection de tous les courts de tennis en dur en France. Il y a des courts en dur qui sont en piteux état. Ça coûte très cher de les refaire. Alors que là, on fait une nouvelle terre battue avec ce procédé par-dessus », détaille l’entrepreneur. A ce jour, 2 courts ont déjà été commandés au Monte Carlo Country Club.

Les petites entreprises locales doivent composer avec la conjoncture économique et le principe des appels d’offres. Avec toujours une idée en tête : la pérennité.

Visuel : Photos Libres

vendredi 11 juillet 2014 , par Céline Merrichelli

Fil info
Suite des dépêches